logo

Parc Ribalta

Parc Ribalta

L'aménagement du Parc Ribalta date de la seconde moitié du XIXème siècle, à une époque de décollage progressif de l'industrialisation dans la région.

En 1868 fut inaugurée la ligne de chemin de fer Valence-Sagunto-Castelló, reliant cette dernière à la capitale régionale donc (Valence étant par ailleurs la 3ème ville du pays en termes de population, devant Séville et Zaragoza). C'est alors que la nouvelle bourgeoisie castellonense, soucieuse de son image, de celle de la ville et souhaitant profiter de l'occasion pour faire montre de richesse et de bon gout face aux éventuels visiteurs, poussa à l'aménagement de ce jardin public, sous la forme d'une sorte de grande "mise en scène forestière" située précisément entre la nouvelle gare ferroviaire et le centre-ville, ce qui n'est pas un hasard. L'idée en était en effet que les éventuels visiteurs de marque (venus de la "grande ville") aient nécessairement à traverser ou à passer à proximité du nouveau parc, et que ce dernier passe ainsi à constituer une des toutes premières images, flatteuses, qu'ils puissent avoir de la ville dès leur arrivée.

Pour la petite histoire, il est à noter que cela n'a rien de spécifique à Castelló, et que le même "stratagème" fut utilisé par exemple à Madrid, à Barcelone et dans tout un tas d'autres villes dans toute l'Europe (et en France aussi bien-sûr, vous pourrez le constater sur n'importe quel plan urbain); où le typique "grand jardin public resplendissant et rempli de fontaines, de pavillons et de monuments variés", généralement aménagé vers le milieu ou la fin du XIXème siècle, se trouve bien souvent situé à proximité immédiate de la gare construite elle-même à la même époque: une sorte de mise en scène urbanistique effectivement.

Ceci dit, c'est donc en 1868 que la municipalité de Castelló décide la construction de cette promenade nommée en l'honneur du peintre local Ribalta, et confie l'aménagement du parc que l'entourerait à l'ingénieur Lluís Alfonso, pour y constituer un jardin romantique à l'anglaise.

Le plan original (dont seulement fut construit le premier tiers, et qui correspond à la partie nord du parc actuel) était celui d'un grand espace triangulaire, tout au long de l'ancien chemin de Morella et qui se prolongeait sur presque un kilomètre jusqu'au pont du Río Seco. Le tracé des chemins devait y former plusieurs cercles de taille croissante à mesure que le parc allait en s'élargissant vers l'ouest, tous reliés par une longue avenue centrale rectiligne. Le plus grand des deux qui furent finalement réalisés était couvert d'une pergola et contenait un bassin en son centre; qui furent par la suite remplacés par un grand pavillon circulaire. L'autre espace circulaire est toujours occupé par la statue du peintre Ribalta (en position assise). Toute l'avenue centrale est parsemée de bancs couverts de céramique décorative.

En 1876 la mairie décida d'agrandir le parc, et c'est une seconde phase de travaux qui débuta alors. Il fut néanmoins décidé de ne pas suivre le plan original, mais plutôt d'ajouter une nouvelle section au sud de la première. Les plans en furent de nouveau confiés à Don Lluís Alfondo, assisté para Don Salvador Fors et par le jardinier paysagiste Francesc Tirado. Cette autre section contient elle-aussi une grande avenue toute droite, plus large et plus monumentale que la précédente, et qui la traverse en diagonale. En son centre se trouve une grande place circulaire, depuis laquelle rayonnent les autres avenues secondaires. Et les parcelles ainsi délimitée sont elles-mêmes traversées de chemins sinueux comme la "promenade du philosophe" ou de "maranyetes". L'ancienne route de Morella fut par la suite fermée à la circulation, et intégrée au sein du parc, permettant d'en unir ses deux parties, l'ancienne et la nouvelle.

Un obélisque érigé par Francesc Tomàs Traver, et inauguré en 1898, fut ensuite installé au centre de la grande place circulaire, en mémoire des batailles du 7, 8 et 9 juillet 1937 lors du siège de la ville durant les Guerres Carlistes. Tout autour fut ajoutée une balustrade décorée de céramiques, ainsi qu'une série de bancs eux-aussi décorés faisant tout le tour de la place. Détruit en 1932, l'obélisque fut reconstruit en 1980.

Le grand bassin situé à l'ouest du parc date de 1920, et le petit "temple de la musique", œuvre de Francesc Maristany, de 1934. Il s'agit d'un autel érigé sur un podium entouré de 16 colonnes, et couvert d'une coupole arrondie. Il est couvert de bas-reliefs représentants diverses figures en mouvement ainsi que différents instruments musicaux, ainsi que les noms gravés de plusieurs musiciens espagnols du début du XXème siècle..

Finalement, diverses sculptures sont éparpillés dans tout le parc, des bustes en bronze, un monument érigé en 1979 en honneur de "l'année internationale des enfants" à côté de l'ancienne roseraie, un monument en l'honneur de Domingo Herrero (l'instigateur de la construction de la seconde partie du parc, qui par la suite sera aussi maire de la ville) près du grand bassin, etc.

Brochure d'information sur le parc et son histoire est disponible à la mairie

Voir aussi